Recherche

Vous êtes ici : Accueil > Rapports d'information

Rapports d'information

Informations du document Justice aux affaires familiales : pour un règlement pacifié des litiges

Justice aux affaires familiales : pour un règlement pacifié des litiges

Ajouter au panier Consulter et imprimer gratuitement ce document sur le site du Sénat

Justice aux affaires familiales : pour un règlement pacifié des litiges

Rapport d'information N° 404 (2013-2014) de Mme Catherine TASCA et M. Michel MERCIER, fait au nom de la commission des lois, déposé au Sénat le 26 février 2014

Prix : 3.50 €

Auteur(s) : Catherine TASCA, Michel MERCIER

Résumé : Le contentieux familial traite sans doute de ce qui a le plus de prix aux yeux des justiciables. Plus qu'aucun autre, il pose donc la question de la place du juge et de la protection qu'il doit apporter à la partie la plus faible : l'intervention judiciaire dans un conflit intime est-elle toujours nécessaire ? Quelle est la place des modes amiables de règlement des litiges dans ces contentieux où renouer le dialogue entre les parties est primordial ? Comment mieux garantir que la décision rendue sera bien adaptée à la situation des parties et qu'elle ne génèrera pas des contentieux en cascade, faute d'avoir réglé le conflit à son origine ?
Au terme de ses travaux, la mission d'information, conduite par les sénateurs Catherine Tasca et Michel Mercier, dresse un constat en forme de paradoxe : alors qu'objectivement, la justice aux affaires familiales semble fonctionner correctement, elle ne donne une entière satisfaction ni à ceux qui la pratiquent ni à ceux qui font appel à elle.
Comment combler ce décalage entre les attentes légitimes que fait naître la justice familiale et la réalité de sa pratique quotidienne ?
Plutôt qu'une refonte radicale de l'organisation judiciaire, les rapporteurs prônent l'émergence d'une nouvelle culture des acteurs de la scène judiciaire -magistrats, greffiers, avocats, notaires, médiateurs, mais aussi et surtout, justiciables. Cette nouvelle culture, plus ouverte à la conciliation et à la médiation, plus attentive à la résolution pérenne du litige, doit fonder de nouvelles pratiques, plus conformes aux attentes des justiciables.